Les Flexions arrière, tout un programme! 1er épisode: l'anatomie

Nous avons analysé en détails les flexions avant dans une série de 3 articles précédents.

Attaquons-nous maintenant aux flexions arrière!

Les flexions arrière font souvent peur, car nous avons l'impression qu'elles ne sont pas bonnes pour le dos. Et pourtant! 

Il est vrai que dans la vie de tous les jours, nous pratiquons plus naturellement les flexions avant et les torsions... A bien y réfléchir, je ne vois d'ailleurs pas dans quelle situation de la vie quotidienne nous utilisons les flexions arrière telles que nous les voyons en yoga (mais si vous avez un exemple, je suis preneuse)...

Comme nos habitudes nous amènent plutôt à aller vers l'avant ou sur le côté, les muscles qui permettent d'amener le haut du corps vers l'arrière ne sont pas suffisamment sollicités.

C'est pour cette raison que quand vous commencez à pratiquer les flexions arrière, il faut être prudent et patient pour que le corps puisse progressivement développer la force, l'ouverture et la mobilité nécessaire pour les faire en sécurité.

C'est le moment d'être à l'écoute de votre corps et de ne pas vous précipiter (vous vous rappelez du principe de Satya? C'est le moment de l'appliquer!).

Et souvenez-vous! L'efficacité de la flexion arrière n'a aucun rapport avec la courbe que vous donnez à votre dos!

Pour débuter cette série, il me paraît important de rappeler quelques aspects anatomiques de base concernant la colonne vertébrale.

Un peu d'anatomie

La colonne vertébrale se divise en 4 sections et est en principe composée de 33 vertèbres (certaines personnes en ont 32 ou 34):

  • cervicale: 7 vertèbres qui supportent la tête. Cette partie est très mobile
  • thoracique: 12 vertèbres peu mobiles qui maintiennent la cage thoracique et protègent le coeur et les poumons
  • lombaire: 5 vertèbres très mobiles qui ont pour fonction de supporter le poids du haut du corps
  • pelvienne: composée des 5 vertèbres sacrales qui forment un bloc osseux appelé le sacrum ainsi que du coccyx (4 vertèbres également fusionnées). Cette région qui relie la colonne vertébrale au bassin est très peu mobile.

A l'âge adulte, la forme de la colonne présente 4 courbes naturelles: les régions thoraciques et sacrales se creusent vers l'avant du corps, tandis que les régions cervicales et lombaires se courbent vers l'arrière.

composants-colonne-vertebrale.jpg

Sections de la colonne et courbes

Entre chacune des vertèbres, sauf entre les 1ères cervicales (l'atlas et l'axis) et celles de la région pelvienne qui sont soudées, se trouve un disque, le disque intervertébral, qui entoure un noyau gélatineux: ce disque sert d'amortisseur aux mouvements de la colonne. Il donne aussi sa capacité de mobilité à la colonne.

squelette-vertebres.gif

Anatomie d'une vertèbre et disque intervertébral

Des ligaments composent également la colonne vertébrale, dont le ligament longitudinal antérieur (à l'avant de la colonne) et le ligament longitudinal postérieur (à l'arrière de la colonne, mais à l'intérieur du canal vertébral). 

IMG_4798.JPG

Ligaments de la colonne vertébrale

Le ligament ventral (le ligament longitudinal antérieur) est une grosse bande fibreuse, alors que le ligament dorsal (ligament longitudinal postérieur) est plus étroit et moins épais.

Dans les deux cas, ils ont pour fonction de limiter les mouvements de la colonne pour qu'elle ne soit pas blessée. Ils doivent notamment empêcher le noyau du disque intervertébral de sortir de sa capsule, ce qui pourrait créer une hernie. Le ligament longitudinal antérieur limite donc la flexion arrière (extension de la colonne) tandis que le ligament longitudinal postérieur limite la flexion avant (flexion de la colonne).

Les muscles dorsaux viennent parfaire la protection de la colonne vertébrale et son bon fonctionnement, en la maintenant fermement. Ses muscles sont enveloppés pas un fascia, le fascia thoraco-lombaire qui est lui-même maintenu par les muscles serratus.

Muscles_dos3_120_(FF).jpg

Muscles du dos

Enfin, pour la protection du dos et encore plus dans le cas des flexions arrière, il ne faut pas négliger les muscles abdominaux qui doivent être forts et engagés pour protéger les lombaires.

D'autres muscles entrent en action pour pouvoir effectuer une flexion arrière, mais ce sujet fera l'objet de la suite de notre série !